18 juin 2007

Denise009

Dans son petit appartement en espace résidentielle sud, Tabatha ne s’était couchée que depuis une trentaine de minutes lorsque son téléphone sonna. Elle avait la bouche pâteuse, d'avoir un peu abusé de la sangria et des tacos sauce bacon avec son pote Kevin, la veille au soir. Elle avait d’ailleurs sur son t-shirt – qu’elle n’avait pas pris la peine de changer pour se coucher – une vieille trace de vinasse au niveau du sein gauche.
Elle enfila ses espadrilles violettes et, traînant les pieds, se dirigea vers le salon pour répondre au téléphone-sweet qui trônait sur le table au milieu d’un impressionant capharnaüm. A cette heure, cela ne pouvait être que sa chieuse de mère malade ou le boulot… Elle décrocha le combiné avant la cinquième sonnerie.
– RrrrhAllo.... ?
– Mon Dieu Thaby ! Même à travers le combiner je perçois ton haleine de racoleuse de resto-route… T’as du prendre cheros hier soir, ma belle! Pas trop mal au crâne ?... Au cul, peut-être ?
Tabatha reconnu tout de suite ce petit con de Doug. Il avait le don de lui taper sur le systeme et de se permettre des familliarités, voire d'être vulgaire, avec un peu tout le monde alors que personne ne pouvait l’encadrer dans le service…
– M’appelle pas Thaby connard... et occupe-toi de ton cul! Qu’est-ce qui me vaut ce coup de fil à… Il est quelle heure là ?... Ouais à 3h29, tu n’arrives pas t’endormir ? Tu ne trouves plus ton doudou?
– Ha ha très drôle Thaby, t’as dû boire de l’alcool de clown hier soir! Nan, sans dec’, le patron veux que tu déboules tout de suite, ainsi que Zven et "la Quenelle". Et, ma chérie… Comme il est 4 h du mat' et que ces deux débiles n’ont pas de caisses, je crois bien que tu vas être encore une fois, obligée de passer les chercher… Je les appelle pour qu’ils descendent t’attendre au même endroit que d’hab’. A tout' mon amour !
Tuuuûut ... Tuuuûut... Tuuuûut ....
Quel sale petit con!… Elle s’habilla vite fait pour ne pas faire trop attendre ses deux collègues dans le froid matinal. Elle prépara un thermos-plastisweet de café pour la voiture, attrapa un blouson et quitta son appartement.
Arrivée au sous-sol, elle rentra son code d’accès résident, et s’engouffra dans le vaste parking. Un Gardien-Sentinelle vint virvoleter quelques secondes autour d’elle et lui scanna l’iris avant de repartir. Les néons crachotaient une lumière blanchâtre, aveuglante et crade. Sur la place numéro 234D, Tabatha retrouva sa Modus prune métallisée, son « Tank » comme l’appelaient ces amis. C’est vrai qu’elle avait du mal à trouver du carburant adapté à cette voiture familliale d’une trentaine d’années, qu’elle était énorme, pas très rapide et coûtait une fortune en réparation, mais elle l’adorait. C’était la dernière chose que lui avait offerte son père, un mois peut-être, avant sa dramatique disparition, elle ne pouvait donc forcément pas s’en séparer.
Ils pourraient quand même passer leur permis, ces crétins! se dit-elle. Pffff, ne pas avoir de voiture aux States…
Elle mis le contact, la vieille Renault crachota quelques seconde et démarra en crissant des pneus.

Posté par misskathyx à 21:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Denise009

Nouveau commentaire