24 juillet 2007

Denise 016

Au 5ème sous-sol, dans le labo d'expérimentation, il y avait effectivement du monde:
Denise, était au centre de toutes les attentions.
Après avoir exigé un copieux petit-déjeuner constitué d'une purée de cacahouètes et de pétales de moules déshydratées — ce qui laissait planer comme un étrange parfum dans le labo — elle devait être soumise à une première oscultation générale. A la suite de quoi, n'y tenant plus, Zven et Tabatha partirent en baillant s'en griller une sous la pluie.

Murdoch était bluffé. Sa créature était bien plus brillante qu'il ne l'avait espéré !
Sa loutre accepta sans rechigner de se soumettre à une batterie de tests psychomoteurs. Pour se faire, elle prit sagement place sur un siège bien trop grand pour elle au dessus duquel deux rangées de sondes se chargeaient d'enregistrer ses constantes. Les données physiologiques à peine lancées, elle rendit à Doug son carnet de Sudoku entièrement résolus!
Murdoch et son adjoint échangèrent un sourire entendu. Décidemment, Denise était une bête à poils qui frisait la perfection! Et finalement, seul son strabisme "divaguant" pouvait poser problème. Ce n'était d'ailleurs pas grand chose. Murdoch s'était en effet aperçu que les yeux fonctionnels de Denise, greffés sur la pointe de ses petites miches, avaient une fâcheuse tendance à balloter au grès de ses mouvements, ce qui lui occasionnait quelques nausées passagères et de petits problèmes de repères dans l'espace. En d'autres termes, si intelligente fut elle, Denise titubait, se cognait régulièrement la tête et ratait une fois sur deux sa bouche en mangeant.
Elle en foutait partout.

Pendant que Zven s’était enfin décidé à prendre une petite cuillère pour filer un coup de main à Denise afin qu'elle termine son repas sans tapisser l'endroit de bouts de moules, Murdoch se demandait comment il pourrait mettre la main à une heure aussi tardive, sur un soutien-gorge aux mensurations si minuscules. Il y avait bien un magasin de jouets au SuperWally Discounter, mais à coté de sa Denise si frêle, toutes les poupées vendues telles qu'il se les imaginait, lui semblaient dotées d'énormes mamelles de silicones... A moins qu'il ne lui en confectionne un avec une ficelle et deux talons de chaussettes?... tiens, pourquoi pas!  C'était une idée intéressante, il lui restait bien une paire en viscose mauve dans son casier... 
soudain, une lueur rouge illumina tout l’étage. La sirène déchira le silence de son hurlement.

Posté par misskathyx à 23:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Denise 016

    Tiens il existe encore ce blog?...

    Denise s'accroche! Elle bouge encore!!

    Pourtant y'a personne dans le coin....
    ça sent la naphtaline ou le sapin...
    Bonjour Tristesse.
    Dr poulp, Mr. Saltamontes A L'AIDE!!!....

    ça sent vraiment le mois de juillet....

    Votre dévouée Mirza.

    Posté par Mirza Pingouin, 25 juillet 2007 à 22:10 | | Répondre
Nouveau commentaire