25 juillet 2007

Denise017

« In-fil-tra-tion au ni-veau – 2, un hu-ma-noï-de pi-pè-de non-ré-per-to-rié ten-te de pi-ra-ter la sé-cu-ri-té du sas. Que tou-tes les sen-ti-ne-lles se ras-sem-blent au point A-l-X-45 pour une in-ter-ven-tion im-mé-dia-te. Que les hu-mains res-tent dans leur bu-reau et pren-nent la po-si-tion “breath” se-lon le co-de de Sé-cu-ri-té… Je ré-pet-te…In-fil-tra-tion... »
Une myriade de voyants rouges clignotaient dans le labo pendant que Rudolph continuait d'hurler son alerte.
Denise, terrorisée, sursauta et envoya valdinguer sa gamelle, puis fila en titubant se réfugier dans sa couveuse. Tous se regardèrent, ne sachant quelle position adopter. S'agissait-il d'un énième bug de Rudolph, ou pour une fois d'une véritable alerte ?…
Soudain, ils entendirent une explosion sourde et tout le bâtiment sembla vibrer. Quelques instruments en sweet-verre se brisèrent, puis se fut le silence. Durant quelques secondes chacun pu percevoir les battements de son propre cœur.
Les unes après les autres, les lumières s'éteignirent, les appareils électroniques tombèrent en panne. D’abord les néons à proximité du sas, puis la photocopieuse et enfin la cafetière. La zone de perturbation avait pour épicentre le sas, et semblait s’étendre au reste du labo inéluctablement, comme un tâche d’encre sur une feuille de papier humide.
En quelques secondes, tout l’étage sombra dans l'obscurité.

Tabatha entendit Doug claquer des dents de trouille.
— Mon Dieu, c’est une charge électromagnétique!…
Elle avait lu un article de fond sur le sujet dans le Cosmo de la semaine dernière : peu de bruit, peu de fumée, aucune odeur: La E-bomb était d'après l'article, une bombe "propre" à énergie micro-ondes de forte puissance, mais son impact était jugé négligeable sur les êtres humains, faute de preuves cela dit, (puisque ces armes étaient interdites par la convention internationnale depuis 2023). En revanche, tous les équipements électriques et électroniques étaient réceptifs et donc vulnérables… Plus aucuns téléphones, ordinateurs, ou pace-makers ne pouvaient fonctionner à moins de cent mêtres à la ronde…
Les Spy-Sentinelles avaient dûes elles aussi, griller. A moins qu’elles ne soient protégées par un système dit "Barrière-Mirroir". Dans ce cas seulement, elles ne pouvaient émettre  ou sonner avant quelques secondes, quelques minutes tout au plus, suivant la sophistication du dispositif.

Denise grattait dans sa couveuse, Doug se cachait sous son bureau, Murdoch semblait dans les choux. Quand aux deux autres, ils devaient être plus loin, quelque part entre la couveuse et le mur. Tabatha, toujours accroupie avança doucement vers la porte… Elle se pencha, et dans le couloir, lorsque ses yeux s’accoutumèrent enfin à l’obscurité, elle distigua une silhouette noire qui s’approchait prudemment du laboratoire.
C’était un individu de taille moyenne dans une combinaison de survie noire, en Tech-Komba©. Deux Perso-Mano-Sentinelles se déplaçaient à ses cotés, éclairant d’un petit cône bleuté sa progression à l'aide de leurs Nano-sweet-torches.
L’individu avait un masque avec filtre à oxygène et lunettes intégrées, certainement thermographiques, d’après ce que savait Tabby sur les équipements militaires.
Elle était donc parfaitement repérable ainsi que ces amis…
L'intrus pointa son arme d’assault en plastique de synthèse dans sa direction. Les deux Perso-Mano-Sentinelles voletèrent autour de Tabby, et avant qu’elle n’ait pu dire un mot,  lui injectèrent par aiguillon intradermique une dose de somnifère…

Posté par misskathyx à 22:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Denise017

Nouveau commentaire